SISCO :

Liberté ? EGALITE ??? …etc…

 

Le Quatar paierait les avocats des agresseurs de Sisco?

Qui pourrait s’en étonner ?

Il y a quelques années les émissaires du Quatar étaient reçus avec tous les honneurs par certaines municipalités de Corse. Il était même question d’acheter un club de foot et d’envoyer quelques valises – pardon ! – quelques aides financières dans certains quartiers pour faciliter le «vivre ensemble» (traduire «Vivre comme les autres!».

 

Pour revenir à l’éventuel sponsoring quatari des «caïds» de Sisco, s’l existe bien un principe d’égalité des citoyens devant la justice, il ne concerne que les procédures mais pas les moyens.Personne ne peut empêcher un pays, un organisme, une association … de payer des avocats.

Et c’est justement là que se situe tout le problème. C’est là que la rupture d’égalité est flagrante, et il est étonnant que l’ensemble des avocats ne la dénonce pas… et même que certains s’y complaisent.

Nul besoin d’attendre le Quatar pour s’offusquer quand la loi consacre et officialise cette rupture d’égalité. Car, au-delà des moyens financiers, c’est bien la loi qui accorde aussi un droit exorbitant à certaines associations : celui de porter plainte contre des personnes, s’immisçant ainsi dans des affaires n’intéressant que des particuliers. Droit que même Robert Badinter, et d’autres éminents juristes, trouvaient démesuré.

Les «Beaufs» promus rabatteurs des tribunaux. Pour certains ratés de la vie, quel bond prodigieux dans l’échelle sociale !

On imagine bien leur travail de corbeaux, détaillant le moindre propos, analysant la moindre déclaration, scrutant la moindre parole ne répondant pas à «leurs critères» ... et se précipiter chez le Procureur. Délateur légal, auxiliaire de justice, c’est l’apothéose du frustré, le nirvana du médiocre, la jubilation du lâche, l’orgasme du desticulé. Intervenant gratuitement ou rémunérés sur les subventions publiques qui engraissent ces associations, leurs avocats se jettent sur celui ou celle qu’ils veulent réduire au silence et ruiner financièrement.

Est-il concevable que des officines puissent bénéficier d’une telle prérogative? Est-il concevable que des avocats s’accommodent de cette disproportion de moyens, cautionnant ainsi une injustice flagrante et une discrimination caractérisée?

 

ET CLAUDINE DUPONT ???

Il vaut mieux être un peu à gauche, «politiquement correct» et «systemo-compatible» pour bénéficier de la surdité de ces associations.

Les propos racistes de l’inénarrable Temaru, reçu officiellement en Corse, ne les ont pas émus. De même que les propos perfides et cinglants de Ségolène Royal à l’encontre de Najat Vallaud-Belkacem, nommée ministre de l'Education nationale, "Elle s'appellerait Claudine Dupont, elle ne serait peut-être pas là!», laissant croire que certaines carrières ne tiennent qu’aux origines et non aux compétences.

Quel silence du coté des groupuscules prompts à dégainer leurs avocats.

Mais bon ! Entre gens du même monde à Paris ou en Corse, on ne va pas relever.

 

EGALITE. JUSTICE … Le rêve passe …

Si, selon l’expression consacrée «Force doit rester à la loi», encore faut-il que la loi soit juste. Et quand on en doute à haute voix, on a toujours un crétin d’association subventionnée qui répondra que la loi est toujours juste (surtout quand il s’agit de défendre leur bout de gras). Mais vous pourrez toujours lui rétorquer que leur grande référence, François MITTERAND, Président de la République, garant de la Loi et de la légalité, n’avait pas manqué d’évoquer «la force injuste de la Loi».

Quant à la Justice, espérons que dans quelques jours nous pourrons simplement constater et consacrer son triomphe et qu’«avè a Ghjustizia per sè» (avoir la Justice pour soi) éloignera la tentation de « fassi Ghjustizia da par sè » (se faire Justice soi-même).