Bilinguisme, OUI !

                  Coofficialité, NON !  

      Personne ne peut blâmer les Nationalistes d’avoir fait valider une de leur principale revendication par l’assemblée territoriale.

En revanche on peut s’interroger sur les véritables raisons d’une si belle unanimité dans les rangs des autres formations politiques. Vote de conviction pour une poignée, vote de peur pour quelques uns et calcul politicien pour la plupart. Chacun sait que la notion de coofficialité est incompatible avec la Constitution afin de garantir l’unité de la Nation. Les élus des formations non nationalistes savent très bien dans quel avenir politique trouble et sans visibilité ils projettent la Corse. Les prochaines élections territoriales aiguisent les appétits et poussent à la démagogie et à la surenchère.  La gauche aux abois et la droite sans courage espèrent, chacune de leur coté, un renvoi d’ascenseur, alors qu’elles ne sont plus que des pantins désarticulés.

Au moment où la Corse a besoin d’apaisement, de paix, de perspectives économiques pour arrêter la montée de la misère et du désespoir, ils ont pris le risque du chaos dans l’espoir de conserver leurs sièges

La transition du bilinguisme, auquel nous adhérons, vers la coofficialité est une réponse aventureuse et dangereuse de l’assemblée de Corse. Elle s’inscrit dans une démarche volontairement conflictuelle avec les institutions et divise la communauté insulaire allant ainsi à l’encontre du facteur d’unité que doit représenter une langue. 

FN